Lyon une ville qui se développe

Réputée entre autres pour sa gastronomie et son statut de métropole économique, Lyon est désignée comme une ville intelligente et durable. Autrefois appelée ville de la Renaissance, elle attire continuellement les étudiants et entrepreneurs en quête d’un nouveau départ.

Lyon, ville High Tech en pleine expansion

Avec sa multitude de brevets déposés, Lyon défend son titre de ville économique High-tech. Un statut qu’elle doit aussi aux partenariats grandissant entre ses centres de recherche et d’études et les entreprises, mais également aux budgets qu’elle alloue pour ses recherches et son développement. Elle se surpasse continuellement dans 5 branches de la high-tech, dont les loisirs numériques, la production chimique et les textiles techniques. Elle n’accueille pas uniquement les porteurs de projets, elle séduit aussi particulièrement les travailleurs de différents secteurs. Par rapport à d’autres grandes villes dont la capitale, elle recrute plus facilement de nouveaux salariés.

Lyon, ville d’une haute qualité de vie et accessible

La métropole lyonnaise est également citée parmi les 40 villes du monde à forte qualité de vie. En plus d’offrir diverses infrastructures à taille humaine, grâce aux lignes aériennes et TGV, elle est facilement accessible depuis le reste de la France et de l’Europe. Autre point qui favorise favorablement son développement : elle innove incessamment en matière d’immobilier : elle occupe la 16ème place des villes européennes les plus attirantes au niveau de l’immobilier.

Plus de chiffres sur le développement de Lyon

Lyon se classe parmi les 9 métropoles mondiales les plus innovantes, selon le classement 2thinkhow Innovation Cities Global 256 Index. Ainsi, elle partage le classement du top 10 avec des villes dynamiques comme Paris, San Francisco et Amsterdam. Cette catégorisation est déterminée selon plus de 150 indicateurs, pour ne citer que l’offre au niveau de la mobilité, le coût de l’immobilier et la recherche scientifique. Justement, elle regroupe plus de 11 000 chercheurs, éparpillés dans 500 laboratoires publics et privés. Par ailleurs, rassemblant plus de 130 000 étudiants, elle se présente comme le premier pôle de recherche de l’enseignement supérieur de l’Hexagone.